dimanche 6 avril 2014

Pas de Poilus chez moi... ah bon !?

On voit poindre ici et là des hommages, rétrospectives et documents honorant la mémoire de la Première Guerre mondiale. Dans la famille, je n'ai pas de Poilu mort au combat, ni de vieil oncle dont le nom est gravé sur un monument aux morts. 
C'est ainsi, mais nous ne sommes pas moins fiers de nos anciens pour autant !

Et puis un dimanche de printemps comme aujourd'hui, où les nuages cachent la lumière du soleil, je me plonge dans les registres matricules en me disant que j'aurais pu le faire plus tôt. Je regarde ce que j'ai déjà noté concernant la vie militaire des mes arrières-grands-pères. Je vois que j'ai le numéro de matricule de Delphin DADU, son signalement, et puis qu'il n'a pas fait la 1ère Guerre mondiale. Pourtant une photo sur ce blog le montre dans le célèbre uniforme garance (donc photo prise avant 1915). Mystère... Du côté d'Achille MARCIREAU, aucune trace de quoi que ce soit concernant sa vie militaire dans mes notes. 

Me voilà partie sur le site des archives de la Vienne... rubrique Registres matricules. Je trouve l'un au bureau de Poitiers (classe 1896, volume 4) et l'autre au bureau de Châtellerault (classe 1915, volume 2). Et je sais maintenant... que j'ai deux Poilus dans mon arbre ! Mes deux aïeux n'ont pas démérité, et l'un deux a même reçu la croix de guerre étoile de bronze ! Ils ne sont pas morts au combat. 
Je ne sais pas pourquoi je n'ai jamais su avant cette lecture que les pères de mes grands-parents ont participé à ce conflit mondial.

jeudi 13 février 2014

Généathème de février : un document particulier

Ce mois-ci, le thème proposé par Sophie Boudarel est le suivant : "mettre en avant un document de votre collection ou un coup de coeur rencontré pendant vos recherches."
Je vais donc recycler un billet déjà publié ici en septembre 2012. Il s'agissait d'une photo en noir et blanc trouvée dans les archives d'un cousin.


Cette photo évoque une scène banale d'une famille des années 1950. Une femme pose devant sa voiture, un tuyau d'arrosage à la main, avec fichu et tablier. Deux enfants jouent à côté. 
La date derrière la photo nous aide à mieux situer ce moment : 19 avril 1954.
Quand on sait qui est sur la photo, le reste est presque évident.
La prise de vue a été faite à Maillé, devant la maison Dadu. La femme est ma grand-mère (30 ans) et l'enfant est mon père (4,5 ans). J'ignore qui est le second enfant, mais c'est sans doute un(e) cousin(e) né vers 1950.
A l'époque, ils vivaient en Algérie et revenaient à Maillé quand ils le pouvaient, en voiture et en bateau. Avec cette Renault 4CV justement !
Alors j'ai eu une colle, avec la plaque d'immatriculation. Mais j'ai élucidé l'énigme ! En effet, le département 92 n'était pas, comme aujourd'hui, celui des Hauts-de-Seine, puisque ce numéro lui a été affecté le 1er janvier 1968. Avant cette date, depuis 1946, les départements 91 à 96 codifiaient les départements français d'Algérie. 92 était le numéro du département d'Oran.

La maison aussi pourrait nous en apprendre. Elle existe toujours, mais a connu quelques transformations, et c'est toujours une maison Dadu !

La même maison, mais sans ma grand-mère.
Cette photo m'a émue à double titre, puisqu'elle fige pour longtemps encore ma grand-mère, que je venais de perdre quand j'ai publié ce petit billet (mars 2012), et mon père haut comme trois pommes. Et puis cette maison, que j'ai toujours connue dans la famille.
Et parler de cette photo m'a permis d'apprendre comment les départements d'Algérie étaient numérotés jusqu'en 1967. Et je suis toujours contente d'apprendre quelque chose !

lundi 3 février 2014

Avis de décès - Jacques DADU

Avis paru dans la presse locale27 - BEAUMONT-LE-ROGER
27 - BEAUMONTEL
Mme Madeleine DADU, son épouse ;
Marie-Hélène et Jean-Paul MALLARD, Jean-Paul et Christiane DADU, ses enfants ;
Ses petits-enfants ;
ont la tristesse de vous faire part du décès du Docteur Jacques DADU survenu le 30 janvier 2014, dans sa 93e année.
La cérémonie religieuse sera célébrée le mercredi 5 février 2014, à 15 heures, en l'église de Beaumont-le-Roger, suivie de son inhumation au cimetière de Beaumontel. Cet avis tient lieu de faire-part.
PF Lhuillier, 40 rue Saint-Nicolas,
27170 Beaumont-le-Roger tél.02.32.45.22.06

mercredi 4 décembre 2013

Avis de décès - Thérèse ECALE née DADU

Avis paru dans la presse locale le 02/12/2013

CISSÉ
MAILLÉ
VOUILLÉ
Claudine et René LAMIRAULT,
Bernard et Joëlle ECALE, ses enfants ;
Ses petits-enfants et arrière-petits-enfants ;
Charles et Madeleine DADU, son frère et sa belle-soeur,
Ainsi que toute la famille,
Ont la tristesse de vous faire part du décès de
Madame Thérèse ECALE née DADU
survenu à l'âge de 99 ans.
La cérémonie religieuse aura lieu le mercredi 4 décembre 2013, à 10 h 30, en l'église de Cissé.
Cet avis tient lieu de faire-part et de remerciements.
PF Augeron-Beauchamp, Vouillé-05.49.51.84.76

jeudi 25 avril 2013

Nouveaux actes !


Hier, les archives de la Vienne ont ajouté plus de 150 000 pages de registres sur leur site internet. Ils concernent les années 1903 à 1912. C'est une très bonne nouvelle pour les généalogistes descendants de Poitevins, car cela nous permet de confirmer ou de trouver des informations plus récentes. 
En ce qui nous concerne, j'ai dégoté en premier lieu l'acte de décès de François DADU, voir ci-dessous.


jeudi 24 janvier 2013

dimanche 9 décembre 2012

Cousin célèbre - Alain POHER

Aujourd'hui, cela fait 16 ans qu'Alain Poher est décédé. Cet homme politique était mon cousin par ma grand-mère paternelle Raymonde MARCIREAU. Il a été (parmi d'autres fonctions) Président du Parlement européen de 1966 à 1969, Président du Sénat de 1968 à 1992 et Président de la République française par intérim en 1969 et 1974.
Notre lien de cousinage est ancien, puisqu'il faut regarder 13 générations avant moi pour trouver le couple Adrien Pichereau et Mathurine Jarnou. Ils ont vécu 9 générations avant Alain POHER. Ils sont nés un peu avant 1600.

dimanche 25 novembre 2012

Un événement pour plusieurs actes

En généalogie, il y a de nombreuses sources utiles pour retracer la vie d'un individu. Par exemple, concernant un mariage, rien que l'acte trouvé dans les registres communaux est riche en information. Il renseignera sur les mariés, leurs parents et leurs témoins et pour chacun d'eux pourra donner (au plus) les dates et lieux de naissance, le lieu de résidence, les liens de parenté, et les professions. Pour le peu qu'un contrat de mariage ait été fait, l'acte notarié viendra compléter tout cela. 
Prenons l'exemple du couple Pierre DADU et Marie GOBIN. 
L'acte de mariage date du 28 avril 1824 et nous indique que Pierre DADU (le marié) était alors laboureur, avait 28 ans, était né à Maillé le 27 août 1796 ou 10 fructidor an 5, qu'il était le fils de Pierre DADU (laboureur) et de Radegonde MIMAULT, demeurant à Maillé. Pierre DADU (le marié) savait signer. Marie GOBIN (la mariée), avait 16 ans. Elle était née à Maillé le 8 février 1808, fille mineure de René GOBIN, décédé à 76 ans, et  de Marie RIVIÈRE, demeurant à Maillé. La demoiselle a été autorisée à se marier par André GUILLON, son subrogé tuteur, demeurant alors à Vouzailles. Marie GOBIN et André GUILLON savaient signer.
Ont été témoins du mariage : François BASTY (savait signer), cultivateur, 26 ans, et Pierre BASTY, 29 ans, demeurant commune de Frozes, beaux frères de Pierre DADU, puisque mariés avec Radegonde et Louise DADU, Pierre RIVIÈRE, cultivateur, âgé de 64 ans, oncle maternel et Jean HUGUET, cultivateur de 60 ans, son cousin germain demeurant commune de Maillé.

Acte de mariage DADU-GOBIN (page 2/4) - Archives de la Vienne
Le contrat de mariage a été passé devant Me Jarassé, à Vouillé.
On apprend en plus des informations contenues dans l'acte de mariage, que René GOBIN (défunt père de la mariée) était propriétaire. André GUILLON était aussi propriétaire, il demeurait bien à Vouzailles, et précisément à "Rigaumier" (aujourd'hui Rigommier). Le contrat définit qu'il y aura entre les époux communauté de biens (+ détail des biens des deux parties, ainsi que leur provenance) et partage des actifs comme des passifs (on apprend que la veuve Gobin était endettée suite au décès de son époux). 
La seule chose qui m'intrigue est que l'acte notarié date du 29 avril 1824, et stipule que Pierre DADU et Marie GOBIN ont prévu de se marier bientôt... mais ils s'étaient mariés la veille !
L'acte a été enregistré le 8 mai 1824.

Contrat de mariage DADU-GOBIN - extrait - collection personnelle de Jean-Pierre DADU

mercredi 26 septembre 2012

Une photo qui parle

Cette photo évoque une scène banale d'une famille des années 1950. Une femme pose devant sa voiture, un tuyau d'arrosage à la main, avec fichu et tablier. Deux enfants jouent à côté. 
La date derrière la photo nous aide à mieux situer ce moment : 19 avril 1954.
Quand on sait qui est sur la photo, le reste est presque évident.
La prise de vue a été faite à Maillé, devant la maison Dadu. La femme est ma grand-mère (30 ans) et l'enfant est mon père (4,5 ans). J'ignore qui est le second enfant, mais c'est sans doute un(e) cousin(e) né vers 1950.
A l'époque, ils vivaient en Algérie et revenaient à Maillé quand ils le pouvaient, en voiture et en bateau. Avec cette Renault 4CV justement !
Alors j'ai eu une colle, avec la plaque d'immatriculation. Mais j'ai élucidé l'énigme ! En effet, le département 92 n'était pas, comme aujourd'hui, celui des Hauts-de-Seine, puisque ce numéro lui a été affecté le 1er janvier 1968. Avant cette date, depuis 1946, les départements 91 à 96 codifiaient les départements français d'Algérie. 92 était le numéro du département d'Oran.

La maison aussi pourrait nous en apprendre. Elle existe toujours, mais a connu quelques transformations, et c'est toujours une maison Dadu !

La même maison, mais sans ma grand-mère !

Phylloxera ou pas ?

Cet été, au détour de l'évocation des anciens, un cousin me dit qu'il y avait parmi les Dadu un vigneron reconverti à l'agriculture suite au passage du phylloxera dans ses vignes. Etant donné que, aussi loin que je sois remontée dans l'arbre, je n'ai trouvé aucun vigneron, ma curiosité en est toute piquée. N'excluant aucune information, me voilà partie à la recherche de cet ancêtre vigneron !
Tout d'abord, pour situer l'époque de recherche, j'ai cherché quand le phylloxera est arrivé en France. La petite bestiole, un insecte, est venue piquer les ceps français dans les années 1860. Cela a duré des années, le temps de tuer une majorité des vignobles du pays. Ensuite, les vignes ont été refaites, en installant des porte-greffes américains, avec des vignes française.

Dans la Vienne, c'est arrivé en 1878 dans la région de Civray. En 1884, ce sont environ 10.000 hectares qui sont recensés malades (sur environ 33 000 hectares).

Qui, parmi nos ancêtres, était en âge de travailler avant les années 1860 en tant que vigneron, puis en tant qu'agriculteur ?
Recensé en tant que vigneron : aucun
Recensés en tant que cultivateur : quelques dizaines !

Bon ben, la suite au prochain épisode !

vendredi 7 septembre 2012

dimanche 2 septembre 2012

Carte souvenir

Delphin DADU
Ma chère Rachel, 
j'aurais voulu pouvoir t'envoyé ma photographie,. J'espère bien que c'est pas la peine, car tu penses bien assez à moi sans cela mais enfin cela fait toujours plaisir malheureusement ce n'est pas bien réussi. enfin le principal c'est que je suis en bonne santé et je t'embrasse de tout mon coeur.
ton DD qui ne t'oublie pas
 Carte souvenir, de Delphin DADU à son épouse, Première Guerre mondiale

lundi 27 août 2012

Photo de famille

Delphin DADU et Rachel BERNARD et leurs enfants,  1923

lundi 2 juillet 2012

Jean DADU

Mon grand-père - collection personnelle

dimanche 1 juillet 2012

Voyage dans le temps


Habituellement, lorsque je fais mes recherches et que je m'arrête un instant pour faire un état des trouvailles passées et de celles que je vais avoir à faire, je regarde mes ancêtres par générations. Ce soir, je liste tout ce que j'ai consigné concernant la descendance (complète sur 6 générations) et l'ascendance (complète sur 4 générations) de François DADU et Louise Eléonore BRIN... et en terme d'années, j'ai déjà établi une ligne directe entre 1683 (naissance de René GOBIN) et 2011 (naissance de la dernière petite descendante connue). Ce qui signifie qu'entre cette demoiselle, qui aura 1,5 ans dans un mois, et cet ancêtre, il y a 10 générations ou 328 ans d'écart.
J'ai encore 4 générations d'ascendance sous le coude, mais elles sont incomplètes. Ouf ! Cela fait encore de belles heures d'exploration devant moi ! :-)

jeudi 28 juin 2012

Carte postale de Maillé

Source : Archives départementales de la Vienne

mercredi 27 juin 2012

Carte postale d'Ayron

Source : les archives départementales de la Vienne

lundi 18 juin 2012

"M. Dadu, le sympathique directeur"

Désolée pour la taille de cette coupure de presse, mais elle vaut le détour ! En prime, vous repèrerez assez facilement le portrait de Stanislas DADU en milieu de page.
L'Ouest-Éclair (Éd. de Caen) - 18/09/1937 (Numéro 14923)

dimanche 17 juin 2012

Stanislas DADU : Bourse obtenue (1905)

En 1905, Stanislas a demandé une demi-bourse auprès du Préfet de la Vienne, afin d'intégrer l'Ecole nationale d'agriculture. Il a obtenu un quart de bourse, qu'il a dû obtenir à compter d'octobre. Je sais qu'il obtiendra son diplôme le 10/08/1908 à l'Ecole Nationale d'Agriculture de Rennes ayant été classé le 12è sur 50 élèves ayant obtenu 65% du total des points susceptibles d'être atteints.


Rapports et délibérations -
Conseil général de la Vienne -
août 1905